PEMPOM – Polluants émergents, polluants organiques et métaux lourds : sources et devenir dans les écosystèmes récifo-lagonaires


  
Du 01 septembre 2018 au 30 septembre 2021
Auteur
Auckland University - CHT - IRD - Université Aix Marseille - UNC (ISEA)
Financeur(s)
Budget
Membre(s) participant(s)

Le projet PEMPOM, polluants émergents polluants organiques et métaux lourds, est un projet de recherche inédit en Nouvelle-Calédonie.

Si les polluants organiques et métalliques sont étudiés depuis longtemps dans la plupart des zones maritimes tempérées, les milieux coralliens, quant à eux, sont étudiés de façon plus récente et encore relativement fragmentaire dans l’espace. D’autant plus dans les îles tropicales, de par l’absence d’industries de dimension significative, et d’un développement agricole encore peu imprégné d’une conscience environnementale, entrainant l’utilisation de produits phytosanitaires. Les polluants dits émergents sembleraient donc à ce jour n’avoir jamais été étudié en milieu tropical.

La contamination générée par ces polluants, intégrés dans les écosystèmes coralliens néo-calédoniens via les réseaux trophiques, peut être directement liée à l’activité anthropique (produits phytosanitaires pour l’agriculture, érosion des sols liée aux pratiques agricoles et de déforestation, activités d’exploitation minière, activités urbaines pour les polluants émergents, etc.),  mais peut également être d’origine naturelle, concernant quelques contaminants, comme ceux métalliques (dissolution des roches, etc.)

Le projet PEMPOM se fixe ainsi pour objectifs de :

  • tenter de définir les sources des polluants émergents, organiques et métaux lourds ;
  • évaluer leurs devenirs dans les écosystèmes recifo-lagonaires de Nouvelle-Calédonie ;
  • évaluer leur impact dans la chaîne alimentaire (depuis les algues jusqu’aux poissons prédateurs et oiseaux marins, en passant par divers invertébrés) et dans la vie sociétale, consommatrice de « produits de la mer » ;
  • proposer des voies de recherche plus approfondies comme par exemple élargir la recherche sur les processus physiologiques.

 

  • Financements : CRESICA, programme « Au fil de l’eau » (CDEI)
  • Partenaires du projet : Auckland University – CHT – IRD – Université Aix Marseille – UNC (ISEA)
  • Référent pour ISEA et responsable scientifique du projet : Yves Letourneur